Permis d'aménager : le débat se poursuit...

Architecture
TAILLE DU TEXTE
A une semaine du début de la concertation visant à déterminer le seuil de recours à l’architecte pour le permis d’aménager un lotissement, l’Ordre des géomètres-experts contre-attaque. Il dénonce un "détournement de l’esprit des dispositions de l’article 81 de la loi Liberté de la création, architecture et patrimoine (CAP) [qui prévoit cette mesure] par le Conseil national de l’Ordre des architectes (Cnoa) et le Syndicat national des aménageurs lotisseurs (Snal)", qui proposent de fixer le seuil à 2 000 m2. "Un seuil si bas que cela revient de fait à supprimer le seuil défendu par les parlementaires", regrette Jean-François Dalbin, président du Conseil supérieur de l’Ordre des géomètres-experts. "Le Cnoa s’est toujours opposé à l’existence même d’un seuil durant l’ensemble du processus législatif et tente un passage en force à l’occasion de la rédaction de ce décret d’application de la loi CAP", estime-t-il, considérant que "cette proposition piétine l’ensemble du processus législatif". "Quand on sait que la surface moyenne d’un terrain à bâtir en France se situe aux alentours de 1 100 m2, on comprend qu’un seuil à 2 000 m2 revient (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

Bannière darchitectures innovapresse 250

Banniere Traits Urbains 86 250

Banniere europan 250