21
juillet 2018

La fédération des OPH décortique la politique du logement en territoires "détendus" et fait des propositions d'amélioration

Habitat
TAILLE DU TEXTE
La situation préoccupante des territoires dits “détendus” inquiète la fédération nationale des Offices publics de l’habitat (OPH), dont près de la moitié du parc est concernée (18 % des 2,5 millions de logements des offices sont ainsi situés en zone C et 25 % en zone B2). Elle se dit désormais en droit "d'exiger" sa prise en charge globale, tant au niveau local que national, "avec une véritable inflexion de la stratégie à mener", car "la situation de ces territoires montre en effet l’inadaptation de politiques nationales du logement assises sur les seuls objectifs de croissance quantitative". Une inquiétude qui avait amené la fédération à s'emparer du sujet dès 2014, devant le constat d'une très forte augmentation de la vacance des logements sociaux sur ces territoires “en déprise démographique”. Plusieurs démarches ont permis des premières "avancées concrètes" dès 2015, en particulier dans le financement des démolitions et des réhabilitations de logements. Afin de prolonger et d’amplifier cette dynamique, la fédération des OPH a constitué, début 2017, plusieurs groupes de travail réunissant chacun une quinzaine de directeurs généraux d’offices oeuvrant au quotidien sur (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

CL Abonnement