L’EPF Paca victime collatérale de la crise du monde HLM

Habitat
Outils
TAILLE DU TEXTE
Les turbulences qui agitent l’univers des bailleurs sociaux impactent l’activité de l’établissement public foncier de la région Paca (EPF Paca). Lors du dernier conseil d’administration de l’organisme qui s’est tenu à Marseille, le 13 mars, les élus ont tiré la sonnette d’alarme sur les conséquences de l’attentisme qui semble saisir les logeurs sociaux. "De nombreux appels à projets lancés par les communes depuis fin 2017 font chou blanc, faute de candidats. Les promoteurs ne répondent pas car les bailleurs refusent de s’engager", constate Nicolas Isnard, le président de l’EPF Paca. Symptôme de la gravité du problème : le phénomène ne concerne pas que les communes de l’arrière-pays où le marché immobilier n’est pas en tension. Le Puy Sainte-Réparade, dans le pays d’Aix, et Entraigues, dans l’aire avignonnaise, sont toutes deux victimes de ce désengagement. Et même les opérations engagées subissent le coup de froid. "Dans ma commune (Salon-de-Provence), Ametis vient de m’annoncer qu’il allait retarder un programme de 48 logements car l’Esh Logis Méditerranée, qui avait accepté d’acheter en bloc les logements, s’est retirée. Et notre Sem immobilière, la (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

Articles sélectionnés pour vous