Aix-Marseille : le marché tertiaire en berne

Immobilier
TAILLE DU TEXTE
En 2016, le marché tertiaire de l’aire d’Aix-Marseille a connu un gros trou d’air avec seulement 111 000 m2 placés, un score en baisse de 24 %. Cette contre performance a relégué la deuxième ville du pays dans le ventre mou du classement des métropoles de province, loin derrière l’inamovible locomotive lyonnaise (292 000 m2 placés) et derrière des agglomérations comme Lille (229 000 m2), Toulouse (169 000 m2), Nantes (115 000 m2) et Bordeaux (112 000 m2). "Etre derrière Nantes, c’est un peu inconcevable", soupire Eric Costamagno, directeur de l’agence Aix-Marseille de Cushman & Wakefield. "L’année 2016 était une année creuse", reconnaît Jean-Philippe Hanff. Et le directeur de l’économie de la métropole Aix-Marseille-Provence de rappeler que la métropole phocéenne est d’ordinaire sur un rythme de 140 à 150 000 m2 annuels. Des chiffres certes plus honorables "mais encore insuffisants pour une métropole à ambition mondiale", ajoute-t-il. "Ce mauvais résultat s’explique principalement par le report de grandes transactions à Marseille, dû à une prolongation des négociations qui seront signées finalement en 2017 et l’absence d’offre neuve à Aix-en-Provence", analyse Nicolas Treich, directeur de BNP (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

LP Abonnement