15
novembre 2018

New-York et Londres ont le vent en poupe

Immobilier
Outils
TAILLE DU TEXTE
1 800 Md$ : tel est le total des investissements sur le marché de l’immobilier d’entreprise, à l’échelle mondiale, selon le rapport Winning in growth cities, publié par Cushman & Wakefield, qui traduit une hausse de 18 % en glissement annuel. "Pas de pénurie en investissements immobiliers", donc, pour Carlo Barel di Sant’Albano, head of global capital markets chez C&W. Il précise : "de nombreux investisseurs augmentent leur exposition à l’immobilier, et adaptent leurs stratégies en fonction de la variabilité de l’offre et de leur tolérance au risque". Non sans ajouter que ces volumes d’investissement "pourraient fort bien croître de près de 2 % d’ici l’année prochaine". Ce que confirme David Hutchings, head of investment strategy chez C&W : "s’il existe des risques évidents, que d’aucuns qualifieraient de croissants dans l’environnement macro, peu de signes laissent en revanche présager une fin de cycle ou une récession imminente".En termes de hiérarchie des villes, New-York reste le plus grand marché immobilier, devant Los Angeles, Londres - privilégiée par les acquéreurs internationaux - et Paris. Le rapport remarque ainsi que la cité londonienne occupe la première place en matière (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE