20
juillet 2018

CDG Express : deux associations demandent son abandon

Mobilités
TAILLE DU TEXTE
Haro citoyen sur le CGD Express. Après les élus régionaux du groupe EELV, et plus récemment, les sénateurs CRC (cf. DIF 1300), c'est au tour de la société civile. Deux associations, dont Pouvoir Citoyen, ont saisi la justice pour dénoncer "le traitement de faveur réservé à ce projet par l'administration". Selon eux, la signature, en mars dernier, de la déclaration d'utilité publique (DUP) ne peut être justifiée. Ce projet, "inutile et imposé", a été remis sur la table pour appuyer la candidature de la région parisienne aux Jeux Olympiques 2024. Son coût est "démesuré" et il est "une atteinte au bon fonctionnement du transport de voyageurs sur les lignes locales et régionales et notamment à l'exploitation de la ligne B du RER", soulignent les requérants. C'est "avant tout un investissement privé, non d’intérêt général, qui concernera au mieux 20 000 personnes par jour quand le RER B en transporte un million", indique Pierre Serne, conseiller régional écologiste, associé au mouvement. L'objectif des opposants : obtenir l'annulation de la DUP et la réalisation d'une nouvelle étude d'impact.

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250