16
décembre 2018

GPE : le calendrier peut et doit être respecté selon les élus

Mobilités
Outils
TAILLE DU TEXTE
Ils ne baissent pas les bras. Depuis plusieurs mois, en attente d'une réponse claire et ferme du gouvernement sur les précisions calendaires du Grand Paris Express, les élus franciliens montent régulièrement au créneau. Et malgré les arguments de l'Etat, tous sont convaincus qu'il est possible, techniquement et financièrement, de tenir les délais et de réaliser l'intégralité des lignes du GPE.  Ainsi, face au report annoncé de la ligne 18, François de Mazières, maire (DVD) de Versailles, et président de l’agglomération Versailles-Grand-Parc, a adressé une lettre, le 19 février, au Premier ministre. Dans ce courrier, co-signé par une vingtaine d'élus (dont Pierre Bédier, président LR des Yvelines, Stéphane Beaudet, vice-président LR de la Région, Jean-Michel Fourgous, maire LR d'Elancourt et président de l'agglomération de SQY...), il est demandé à Edouard Philippe que "le premier tronçon entre Orly et le CEA [soit] lancé sans délai, dans le même mouvement que les lignes consacrées aux Jeux Olympiques, dans un calendrier compatible avec une ouverture en 2024 aux aléas de chantier près. Cela signifie précisément une relance immédiate des procédures et un (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE