14
novembre 2018

TGV et petites lignes : les élus du Grand Est engagent le bras de fer

Mobilités
Outils
TAILLE DU TEXTE
Laurent Hénart, maire (centriste) de Nancy, a tenu, le 11 septembre, un conseil municipal extraordinaire entièrement consacré aux dessertes ferroviaires régionales. Invité exceptionnels, Jean Rottner, président (LR) du conseil régional du Grand Est, Jean-Marie Bohl, président (UDI) de Metz Métropole et du Sillon lorrain, Mathieu Klein, président (PS) du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle. Plusieurs maires de Lorraine se sont associés au vœu du conseil. La procédure, prévue par le code des collectivités locales quand un intérêt local est en jeu, porte à la fois sur les dessertes TGV, notamment vers le sud de la France, et sur les engagements financiers de l’Etat relatives aux lignes TER les moins fréquentées. Résolument offensifs, les élus lorrains protestent en premier lieu contre la suppression, à compter de janvier 2019, et pour une durée de cinq ans, des deux dessertes TGV quotidiennes directes Metz-Nancy-Nice et Nancy-Montpellier en raison des grands travaux engagés à Lyon Part-Dieu. Informés en juin dernier de cette suspension "provisoire", ils avaient déjà exprimé, dans un courrier adressé au Premier ministre, Edouard Philippe, à la ministre des Transports, Elisabeth Borne, et à Guillaume Pépy, (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE