12
décembre 2018

Nantes accélère sur le covoiturage

Mobilités
Outils
TAILLE DU TEXTE
"Nous ne souhaitons pas opposer transition écologique et pouvoir d’achat". En pleine crise des gilets jaunes, Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, a organisé une conférence de presse, le 3 décembre dernier, autour d’"un levier stratégique" : le co-voiturage. Il s’agit d’un marqueur fort du Plan de déplacements urbains (PDU) 2018-2027, soumis le 7 décembre au vote des élus du conseil métropolitain. L’équipe métropolitaine souhaite en effet alléger la circulation sur le périphérique nantais et faciliter l’accès au cœur de la Cité des Ducs, notamment aux heures de pointe. Et elle a fait ses calculs. "A ces périodes, nous avons l’équivalent de 1 200 rames de tramway, disponibles dans les voitures", souligne Bertrand Affilé, vice-président en charge des déplacements. L’objectif ? Parvenir à une voiture sur deux partagée au lieu de "plus d’une sur quatre aujourd’hui". Ce qui représenterait "300 000 personnes en plus dans autant de voitures qu’aujourd’hui. Ou autant de personnes dans bien moins de voitures", glisse Johanna Rolland. Mais comme le "covoiturage ne se décrète pas", la collectivité annonce agir sur trois leviers : un, les infrastructures, avec une étude de (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE