20
septembre 2017

NPNRU : Hollande signe la première convention à Rennes

Politique
TAILLE DU TEXTE

"C'est le coup d'envoi pour Rennes d'une transformation profonde de trois quartiers identifiés comme prioritaires", a fait valoir François Hollande, jeudi 16 février, à l'occasion de la signature de la première convention opérationnelle du Nouveau programme national de renouvellement (NPNRU). Une étape importante pour la Métropole, mais dont "la portée dépasse la seule ville de Rennes" puisqu'elle marque le lancement "au plan national, de l'acte II du renouvellement urbain", a souligné la maire (PS), Nathalie Appéré. "Nous avons été les premiers à signer un protocole de préfiguration. C'était en 2015. Depuis, deux ans de travail nous ont permis d'enrichir, d'affiner notre projet et de réunir des niveaux très importants de co-financement locaux", a-t-elle expliqué. Ainsi, près de 590 M€ seront investis sur les dix prochaines années, avec une participation de l'Anru de l'ordre de 17 %, combinant subventions et prêts. Ce qui permettra, dans ces trois quartiers des Gayeulles, du Gros-Chêne, du Blosne, "de mener à bien 400 démolitions de logements, 2 300 réhabilitations et 3 000 constructions neuves", a indiqué le président de la République. Le tout avec une "politique des loyers renouvelée", tel que permis par la loi Egalité et citoyenneté, a assuré l'élue.
A côté de cette "politique de l'habitat volontariste", Rennes Métropole entend développer dans ces quartiers "des activités économiques diversifiées et [lancer] une refonte de l'offre commerciale", et installer "des équipements en nombre""On ne change pas un quartier si on n'y met pas aussi des établissements scolaires, des lieux culturels, des zones d'activités économiques, des centres commerciaux", a salué François Hollande, profitant du déplacement pour défendre le bilan du gouvernement en matière de politique de la ville. Cette dernière, "telle que conçue dans les années 1990-2000", "mettait l'accent et l'effort principal sur l'investissement, notamment en matière de logement. C'était indispensable", mais elle n'a pas eu "suffisamment d'attention, d'ambition pour prendre en compte les aspirations des habitants", a regretté le président. "Nous avions empilé des dispositifs et des mécanismes, et il y avait des zonages qui ne correspondaient pas toujours ni à l'état réel du quartier, ni à ce que pouvaient être des politiques coordonnées", d'où "l'illisibilité reprochée" à cette politique. Et de rappeler l'avènement de la "loi Lamy" et ses principales dispositions : redéfinition de la carte des QPV autour du critère unique du revenu par habitant, traitement du logement privé, création des contrats de ville et des conseils citoyens... ainsi que la poursuite du programme de rénovation urbaine, via la mobilisation de "20 Md€ sur les dix prochaines années". Estimant avoir "considéré que les quartiers, c'était la priorité pour la France", François Hollande rappelle avoir "voulu que puisse être ajouté à ces 20 Md€, 1 Md€ pour les équipements culturels, sportifs, scolaires".

Photo ©Présidence de la République/N.Bauer

Bannière lettre 2016 URBAPRESS

Banniere Traits Urbains 86 250

Bannière lettre 2016 Decideurs Ile de France Innovapresse 250

Banniere CAIV Innovapresse 250