Un contrat pour le renouveau du bassin minier Nord-Pas de Calais

Politique
TAILLE DU TEXTE

Bernard Cazeneuve et six ministres ont lancé le contrat partenarial d'intérêt national (CPIN) "pour le renouveau du bassin minier Nord-Pas de Calais", sur l'ancien carreau de fosse d'Oignies, mardi 7 mars. Ambiance solennelle pour un engagement à la hauteur des espoirs des élus locaux. En tête de gondole : un plan décennal de réhabilitation de 23 000 logements miniers, financé par l'Etat à hauteur de 100 M€. C'est plus que recommandé dans le rapport établi par Jean-Louis Subileau en décembre dernier. Dans le même mouvement, le bailleur Maisons et Cités (90 % du parc) est invité à "se rapprocher" du groupe SNI et d'Action Logement, ou encore de la CDC, pour améliorer sa surface financière et gagner en compétence technique. Maisons et Cités a aussi pris des contacts avec Batigère. Par ailleurs, 5 000 logements privés bénéficieront d'une aide à l'amélioration, par la mobilisation de 75 M€ de crédits de l'Anah. Mais ce CPIN ne s'en tient pas au logement, à la satisfaction de Jean-Louis Subileau, dont le travail a été salué par toutes les parties prenantes. C'est aussi un programme d'aménagement du territoire, adapté à ce chapelet de villes moyennes : rénovation des cités minières et effort de mixité sociale, renforcement des centralités (Lens), requalification de friches (Sainte-Henriette à Hénin-Beaumont), aménagement de la Chaîne des parcs, réalisation de routes. Ces projets "en grappes" émargeront à un "fonds d'investissement stratégique", alimenté par l'Etat à hauteur de 20 M€ par an pendant dix ans et par les collectivités. Il vient en plus des 150 M€ réservés par l'Anru, a précisé le ministre de la Ville. En matière économique, le CPIN prévoit un zonage favorable aux implantations de PME ; il serait défini avant la présidentielle dans un avant-projet de loi ou dans une proposition de loi. Un campus de l'éco-construction sera aussi créé dans le secteur de Douai. D'autres mesures portent sur la formation, la culture et l'environnement. La Région Hauts-de-France, les Départements du Nord et du Pas-de-Calais et les nombreuses agglomérations du bassin ont exprimé leur satisfaction et leur volonté de contribuer au plan. Ils ne s'entendent pas, cependant, sur la gouvernance du dispositif : les uns plaident pour un poste de préfet délégué, d'autres pour une société publique d'aménagement d'intérêt national (SPLA-IN). Bernard Cazeneuve les réunira à nouveau prochainement pour définir les bonnes formules de pilotage stratégique et opérationnel. En filigrane, revient la question de création d'une communauté urbaine. Elle est encouragée à mots couverts par le gouvernement et vivement souhaitée par Michel Dagbert, président (PS) du Département du Pas-de-Calais. Mais quelques élus jugent que le pôle métropolitain de l'Artois constitue un degré suffisant d'intégration. Dans son discours de clôture, le Premier ministre leur a rappelé, une fois de plus, la menace du vote FN...

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250