21
juillet 2018

Les Scot, ou comment planifier dans le mouvement perpétuel

Politique
TAILLE DU TEXTE
Après Rouen en 2015 et Nevers l’an passé, Angoulême (16) a accueilli les 12e Rencontres nationales des Scot, les 6 et 7 juillet derniers. Au pays de la BD, l’occasion était trop belle de "redessiner le Scot", comme y invitait le slogan de ce rendez-vous. Le dessin en question renvoie directement à une planification territoriale, mission centrale des Scot, devenue de plus en plus complexe au fil du temps. Traditionnellement, les Rencontres des acteurs des Schémas de cohérence territoriale (Scot) sont aussi celles des acronymes. Au-delà du DOO (Document d’orientation et d’objectifs) et autre PADD (Projet d’aménagement et de développement durables), deux éléments qui constituent un dossier de Scot, il fut surtout question cette année des PLUI (Plans locaux d’urbanisme intercommunaux) et des Sraddet, les schémas régionaux d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires. Les premiers se généralisent, puisqu’environ 540 sont approuvés ou en cours d’élaboration. Quant aux seconds, ils feront partie du paysage à partir du 28 juillet 2019, date limite fixée par l’Etat aux treize régions pour leur adoption. Le Sraddet s’imposera donc au Scot et à des acteurs qui préfèrent (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250