21
juillet 2018

Compétence Gemapi : à peine transférée, déjà réformée

Politique
TAILLE DU TEXTE
La loi Maptam de 2014 a opéré le transfert aux EPCI de la Gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations (Gemapi). Prévu au 1er janvier de cette année, ce transfert inquiétait les élus locaux, notamment des petites collectivités, qui estimaient ne pas être suffisamment armés pour gérer la compétence. La proposition de loi du député Modem du Loir-et-Cher Marc Fesneau a été adoptée le 21 décembre, à la suite d'une Commission mixte paritaire (CMP) fructueuse entre les deux assemblées. Ce texte, de l'avis de l'Association des petites villes de France (APVF), qui se félicite de son adoption, "introduit de la souplesse à plusieurs égards", en permettant aux régions, départements, ou autres personnes morales de droit public de "poursuivre leurs engagements dans le périmètre de Gemapi au-delà du 1er janvier 2020, sous réserve qu’une convention soit conclue" avec les intercommunalités ou les communes concernées.Elle permet également aux EPCI à fiscalité propre qui le souhaiteraient de transférer tout ou partie de la compétence à un syndicat de communes ou à un syndicat mixte sur tout ou partie de son territoire. Enfin, elle apporte de la souplesse, encore, quant à (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250