Emprunts toxiques : opération "techniquement réussie", mais coûteuse pour les finances publiques

Politique
TAILLE DU TEXTE
"Les années 2015 à 2017 ont vu l’extinction de la plus grande part des emprunts à risque souscrits dès les années 2000 par les collectivités territoriales et dont l’encours était estimé à environ une dizaine de milliards d’euros", se félicite la Cour des comptes dans un chapitre de son rapport public annuel consacré à cette question. A la fin de l’année 2017, "le coût pour les finances publiques de la sortie des emprunts à risque dépasse 3 Md€, dont près d’1 Md€ pour l’Etat et 2 Md€ pour les collectivités locales concernées". Le fonds de soutien a accompagné, au 30 septembre 2017, la désensibilisation d’un encours de dette structurée de 4,7 Md€. Ce montant représente 84 % des 5,6 Md€ d’encours détenu par les collectivités bénéficiaires, la différence correspondant au choix par certaines collectivités du régime dérogatoire. Si l’on totalise les deux régimes d’aide, ils représentent 70 % du montant éligible initialement estimé de 8 Md€. Près de 60 % de l’encours désensibilisé concerne des contrats de niveau de toxicité le plus élevé. Ainsi, (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250