Lille Métropole : la menace des emprunts toxiques s'amenuise

Politique
TAILLE DU TEXTE
La métropole européenne de Lille (MEL) est liée à Dexia par un emprunt toxique courant jusqu'en 2027, pour un montant restant à rembourser de 12,4 M€. Il présente "un risque financier très élevé" indique la métropole, du fait de la volatilité des parités entre euro, franc suisse et dollar. Des discussions délicates sont en cours depuis 2009 avec la Sfil (Société de financement local), à laquelle Dexia a transmis le dossier. La MEL a même ouvert un contentieux en 2012 devant le tribunal de Nanterre. Une solution négociée prévaudra toutefois. Le métropole s'acquittera d'une contribution de sortie de contrat (une "soulte") d'un montant de 8,4 M€. En contrepartie, la Sfil refinancera l'emprunt à un taux fixe de marché et abandonnera les intérêts de retard dus depuis cinq ans (soit 1,4 M€). En 2008, la dette de la MEL comportait un tiers d'emprunts ou swaps "risqués". Cet encours particulier a été réduit à 6 %, soit trois opérations (deux contrats avec la Royal Bank of Scotland et le contrat précité avec Dexia/SFIL), qui représentent tout de même un capital de 85,5 M€.

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250