38 % des communautés et métropoles lèvent la taxe Gemapi en 2018

Politique
TAILLE DU TEXTE
Trois mois après la prise obligatoire de la compétence Gemapi (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) par les communautés et métropoles, l'Assemblée des communautés de France (AdCF) a procédé à enquête en ligne du 13 février au 12 mars 2018 auprès des 1 264 EPCI, pour "mieux appréhender les grandes tendances et les choix des élus tant sur les enjeux de financement, que sur l'organisation du territoire et la méthodologie". Près de 460 collectivités ont répondu. Il en ressort que 38 % des communautés et métropoles lèveront la taxe Gemapi en 2018, première année d'exercice de la compétence. La grande majorité des territoires "s’appuieront donc sur les ressources de leur budget général pour l’année à venir". Les élus ayant mis en place la taxe justifient ce choix par "la lisibilité et la transparence induites par la création d’une taxe affectée aux seules missions Gemapi, ainsi que par le besoin de ressources supplémentaires afin d’assurer ces dernières", révèle l'enquête. Les territoires n’ayant pas fait appel à la taxe cette année l’expliquent par "l’avancement insuffisant de la mise en œuvre de (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250