20
octobre 2018

Loi littoral : le gouvernement corrige le tir

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
"La loi littoral [de 1986, ndlr] garde toute sa pertinence aujourd’hui. Le débat a été de grande qualité. Les évolutions apportées permettent un équilibre grâce au travail du gouvernement avec les élus et les parlementaires, avec des évolutions utiles et attendues dans le respect des principes fondateurs de la loi", a salué Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, à l'issu des échanges à l'Assemblée nationale, vendredi 1er juin, sur la loi littoral, dans le cadre de l'examen du projet de loi Elan. Face à la bronca des défenseurs de l'environnement et de l'opposition, le gouvernement est revenu sur certaines dérogations. Dont l'amendement qui devait permettre le comblement des "dents creuses", ces vides situées entre deux bâtiments d'un même hameau. Les projets de construction y seront ainsi limités et conditionnés. Plus précisément, la densification de ces parcelles intermédiaires ne s'appliquera pas "dans la bande des 100 mètres du littoral", dans les "espaces proches du littoral", et très urbanisés. Par ailleurs, les projets seront autorisés "dans le seul objet d'améliorer l'offre de logement et l'installation de services publics", rappelle le ministère. Supprimé également l'article autorisant les (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE