Bordeaux : le pont Simone-Veil livré avec 1 à 3 ans de retard

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE
Le 21 juin, Bordeaux Métropole a annoncé que le huitième pont de la métropole ne verra pas le jour en 2020, comme cela était prévu, mais au mieux en 2021, voire en 2023. "Une très mauvaise nouvelle dans une agglomération où il y a des problèmes de mobilité", a commenté Alain Juppé, maire (LR) de Bordeaux et président de l'entité métropolitaine. En cause, un désaccord technique entre la métropole, le maître d’ouvrage, et Fayat, le constructeur. Ce dernier estime que la méthode de construction des piles du pont pose des risques pour la sécurité : il réclame une rallonge de 18 M€ et de 24 mois pour les rendre plus sûres. Un surcoût inacceptable d'après la collectivité. Assistée par le bureau d’étude Egis, elle a fermement rappelé que les protections envisagées étaient largement suffisantes. Mais Fayat ne veut rien entendre et a décidé de stopper le chantier. Depuis l'annonce de ce retard de livraison, les réactions sont nombreuses, notamment parmi les élus des communes qui devaient être desservies par l'ouvrage, à savoir Bègles et Floirac. D'autant que le contexte de la fermeture aux voitures, à titre expérimental, du pont de pierre, depuis août 2017, agite les (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

Articles sélectionnés pour vous

UI Abonnement

EDITION SPECIALE - N°100

Pave TU100

Les dernières vidéos

Sciences Po : Executive Master Stratégie et finance de l'immobilier