18
octobre 2018

Limoges : un stade fragile comme de la porcelaine

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE
En projet depuis 2007, débutée en 2012, la restructuration du stade de Beaublanc, à Limoges, s'achève enfin après des années de complications, de malfaçons, et un surcoût de 10 M€. Reste à lui trouver un usage... Présenté initialement comme un élément central de la rénovation du quartier, au nord de Limoges, la restructuration de ce stade construit en 1947 devait se dérouler en deux phases. La première, prévue jusqu'à l'été 2014, consistait à porter la capacité de 9 800 à 14 000 spectateurs, à créer des loges, un restaurant permanent et des salles de réception, le tout en HQE avec réseau de chaleur biomasse, panneaux photovoltaïques et récupération des eaux de pluie, pour un coût de 52 M€ TTC. La deuxième phase du "stade de porcelaine" - baptisé ainsi en raison du kaolin inséré dans le béton blanc - , avec une jauge à 20 000 spectateurs, dépendait des résultats sportifs des clubs de foot et de rugby. Mais dès février 2014, apparaissaient des fissures dans les poutres en béton. Après trois ans d'interruption et de nombreuses études de contrôle, la liquidation judiciaire du bureau d'études RFR Gros Œuvre (GO) + (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE