Stade privé de Nantes : approbation de principe pour céder une parcelle

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE
A Nantes, l’abandon du programme YelloPark et de ses 1 500 logements et activités économiques est loin d’avoir apaisé les tensions. Le 7 décembre, les élus se sont prononcé, en conseil métropolitain, pour le "principe" de la cession d’une parcelle de neuf hectares, en vue de l’édification d’un stade privé de football, sur le site de la Beaujoire. Et ce, à proximité de l’actuelle enceinte. La cession a été adoptée par 53 voix favorables contre 41, grâce notamment au vote des communistes. Et à l’issue d’une heure trois-quarts d’un débat houleux. L’opposition nantaise qui, pour rappel, avait inscrit le projet d’un futur stade dans son programme municipal de 2014, s’est opposée pour des questions de méthode. Les élus en question reprochent à la présidente (PS) Johanna Rolland, la gestion en solitaire du projet YelloPark. "Vous vous êtes plantée sur ce dossier", lui a lancé son opposante Laurence Garnier. "Comment se prononcer alors que nous n’avons ni prix, ni acheteur identifié, ni plan…", a repris Alain Vey, co-président du groupe de l’Union du centre et de la droite (UCD). "Cette délibération est prématurée, non concertée et risquée sur le plan (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE