30
mars 2017

Les élus locaux donnent de la voix

Editos
TAILLE DU TEXTE

Dans un mois, les Français seront sur le point de choisir leur nouveau président. En attendant, c'est une drôle de campagne qui se déroule, trustée par les déboires judiciaires de certains candidats plutôt que portée sur le fond des programmes de chacun. Pourtant, depuis plusieurs semaines, chaque organisme ou association y va de son manifeste, son livre blanc ou sa conférence de presse pour faire entendre sa voix et défendre ses propositions, forcément légitimes. Dans ce traditionnel exercice de lobbying, les associations d'élus locaux ne sont pas en reste : après les maires ruraux (AMRF) la semaine dernière, ce sont ceux des petites villes de France (APVF) qui présentaient ce mardi leurs préconisations. Mercredi, les maires de Ville et banlieue entendent faire "parler des quartiers populaires dans la campagne présidentielle", alors qu'au même moment, Villes de France tient un point presse pour détailler ses doléances aux candidats. La semaine prochaine s'achèvera avec le congrès de France urbaine, le 23-24 mars à Arras, à l'occasion duquel seront exposées des "mesures concrètes [...] pouvant servir de feuille de route au futur gouvernement". La veille aura eu lieu le "rassemblement exceptionnel d'élus locaux" promis par l'Association des maires de France, qui auditionnera à la Maison de la Radio les différents prétendants. Le 8 mars, ils se sont déjà prêtés au jeu devant l'Association des départements de France, présentant leur vision pour cet échelon mais aussi, plus largement, sur la décentralisation. De quoi préciser - un peu - leurs positions vis-à-vis des collectivités.