21
juillet 2017

Et maintenant, les paysagistes

Editos
TAILLE DU TEXTE

Après les associations de collectivités locales, le Bâtiment, les géomètres-experts ou encore les architectes, un collectif de paysagistes, Paysages après pétrole (PAP), a publié une lettre ouverte aux candidats à l'élection présidentielle, à quelques jours du premier tour. Constatant que "de nombreux territoires ont adopté avec succès des solutions d’aménagement alliant sobriété énergétique, gestion responsable des ressources naturelles, développement économique et progrès social à partir d’approches paysagères attentives aux potentiels de chaque territoire", ils proposent de "mettre le paysage à l'ordre du jour" de l'action publique. Il s'agit de s'appuyer sur les "singularités naturelles et humaines" de chaque région, dans le domaine de l'autonomie énergétique, de l'agroécologie ou encore, au niveau des villes, en se fondant sur leurs "spécificités géomorphologiques" pour "adopter des modes de transport ou d'habiter plus économes en temps, en énergie et en argent".
Ils attendent "dix mesures concrètes", visant principalement à inclure la dimension paysagère dans les documents de planification : stratégie nationale paysagère, plan de paysage comme "fil directeur stratégique" de la planification urbaine, et dimension paysage dans les PCEAT et les Sraddet. "L'exigence de beauté, écrit le collectif, ne constitue pas une contrainte séparée, mais incarne la fierté d'une population qui s'implique dans les projets, afin d'édifier un avenir plus harmonieux". Aux urnes...