En fumée

Editos
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le gouvernement trouvera-t-il son salut dans le grand débat national qu'il souhaite organiser en réponse à la crise des gilets jaunes ? Tandis que la consultation doit démarrer le 15 janvier, de nombreuses questions demeurent. Et ce en dépit de l'optimisme du Premier ministre, selon qui tout serait quasiment prêt.

Parmi les grandes inconnues de l'équation, l’absence de pilote. Qui remplacera Chantal Jouanno, à la tête de la Commission nationale du débat public (CNDP) - autorité administrative pressentie pour mener la danse -, dont la démission aurait été principalement motivée par la polémique sur le montant de son salaire ? Quant à la CNDP, qu'elle préside toujours, continuera-t-elle de jouer le jeu ? Ses membres se sont réunis mercredi 9 janvier (aucune information n'a été communiquée avant notre bouclage). L'institution avait déjà fait part de ses réticences à l'égard de la démarche de l’exécutif, craignant que celui-ci ne respecte pas les principes fondamentaux de la commission.

Dernier coup dur en date pour le gouvernement : le retrait de l'Association des maires de France (AMF), tandis qu'Emmanuel Macron comptait sur les élus locaux, les maires en particulier, pour porter la bonne parole. "L'Etat nous méprise, nous ne viendrons pas à son secours". Sur les ondes de France Info, la semaine dernière, André Laignel, vice-président de l'association, s'est expliqué : "nous ne voyons pas en quoi les maires pourraient être engagés dans ce débat qui, en définitive, aurait plutôt pour visée d'associer les élus locaux à l'échec gouvernemental".