19
mars 2019

Seine-et-Marne 2030 : le département veut compter dans la métropole

Stratégies urbaines
Outils
TAILLE DU TEXTE

Inti­tulé « l’Ile-de-France des possibles », le livre blanc Seine-et-Marne 2030, présenté le 8 mars par le président du départe­ment, Jean-Jacques Barbaux (LR), se veut le « point de départ d’une réflexion » pour que la Seine-et-Marne « s’af­firme comme terri­toire créateur de richesses pour la région » et « cesse d’être un terri­toire servant de Paris ». Il reprend trois axes : faire « fruc­ti­fier » le capi­tal humain, par l’améliora­tion des services notam­ment ; dévelop­per l’écono­mie, en atti­rant des person­nels qualifiés, et enfin, faire du cadre de vie un « facteur d’at­trac­ti­vité ». Sur ce dernier point, le départe­ment, qui offre une plus grande propor­tion d’ha­bi­tat indi­vi­duel que la moyenne régionale et 62 % de propriétaires (47 % en Ile-de-France), doit, selon le livre blanc, « confor­ter ce modèle », en assu­rant « une urba­ni­sa­tion raisonnée », qui ne remette pas en cause la référence qu’est la maison indi­vi­duelle. En matière de loge­ment social, l’Office Public de l’Habi­tat de Seine-et-Marne devra "porter en prio­rité les inves­tis­se­ments sur des opérations de taille humaine, parfai­te­ment intégrées aux communes d’accueil". Le départe­ment compte égale­ment sur l’améliora­tion de l’offre en trans­ports en commun : renou­vel­le­ment du matériel roulant SNCF, arrivée du Grand Paris Express, améliora­tion de la qualité de service. Le réseau de bus interne au départe­ment sera développé, indique encore le conseil départe­men­tal, ainsi que le service de trans­port à la demande. Enfin, des travaux sont programmés pour l’améliora­tion des routes du départe­ment, la voiture indi­vi­duelle représentant 60 % des déplace­ments quoti­diens, le plus haut taux de la région.