03
mars 2021

Le marché tertiaire lyonnais, touché mais pas coulé par la crise

L'immobilier d'entreprise
Outils
TAILLE DU TEXTE
Alors que la crise est là, on pourrait presque parler d’année "normale" pour décrire le marché de l’immobilier tertiaire lyonnais. Mais entre Saône et Rhône, le "normal" arrive après des années records donc il se traduit par un recul de la demande placée sur la plupart des actifs. Exception faite de la logistique. En 2020, on retrouve le niveau de demande placée de 2018 avec près de 400 000 m2. Conséquence, l’offre s’établit à 155 000 m2 dont 40 % de neuf. Les loyers ne bougent pas à 50 euros sur le "prime", mais aussi pour les actifs de seconde main, que les propriétaires n’hésitent plus à rénover pour le hisser en qualité. Du côté des locaux d’activité, la demande placée baisse de 7 % à 342 000 m2 à travers 368 transactions soit une centaine de moins qu’en 2019. Là aussi on reste sur la moyenne décennale. 40 % de la demande placée concerne des locaux de plus de 500 mètres carrés. 54 % du volume s’est fait en location, un (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour vous abonner :

Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous

CAIV - Carnet d'adresses de l'immobilier de la ville