22
novembre 2019

Un marché du logement à plusieurs vitesses sous l’effet de la métropolisation

Politiques du logement
Outils
TAILLE DU TEXTE
L’évolution de la répartition de l’offre de logements et celle des ventes par grandes zones, orientées par la politique du logement, concourent à la recomposition du marché de l’habitat et au phénomène de métropolisation du territoire. Un marché à plusieurs vitesses est en train de s’ancrer sous cet effet. Le marché du logement connaît un déséquilibre territorial croissant. En zones A et Abis, les réservations de logements en collectif ont représenté 48 % du total des réservations (prix moyens de 6 579 €/m2 en zone Abis, et de 4 256 €/m2 en zone A), contre 42 % en zone B1, avec un prix moyen autour de 3 695 €/m2. Dans les zones B2 et C, elles sont passées de 24,7 % en 2009 à 10 % en 2019 avec un prix moyen de 3 654 €/m2 au 2ème trimestre (en hausse de 11,8 % sur un an glissant). Le problème du zonage Dans l’ancien, les prix moyens des logements augmentent sur un an de 3,2 % au T2 2019, à un rythme qui se maintient autour (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour vous abonner :

Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous